Laponie: conseils pour voir des aurores boréales

L’appli présente un indice de six et il n’y a pas de nuages. Allons-y! Les sites web et les applis pour smartphone affichent de belles prévisions et annoncent de fortes chances d’apercevoir des aurores boréales. Tels des gamins surexcités, nous nous ruons sur notre voiture de location, les appareils photos dans le sac à dos et les après-ski à moitié ouverts. Quel endroit allons-nous choisir? Faut-il supposer que cela durera un certain temps? Qui nous a infligé du Justin Bieber? Au bout d’une demi-heure de route, nous garons la voiture sur le côté et marchons sur un lac gelé. Au-dessus de notre tête, Dame Nature nous offre un spectacle nocturne époustouflant: les aurores boréales dansant à côté des étoiles.

Les aurores boréales doivent absolument figurer sur votre liste des choses à voir une fois dans votre vie. Pas étonnant que tant de gens se rendent en Laponie pour assister à ce spectacle. Mais toutes ces particules de lumière en collision sont aussi capricieuses qu’un bambin affamé. Mieux vaut donc partir en connaissance de cause. Il vous faudra certes de la chance, mais grâce aux conseils du blogueur voyage Niel, vous pourrez un peu forcer le destin.

  • Dans quels pays?

Si vous restez dans votre fauteuil en Belgique, les chances d’apercevoir des aurores boréales seront infimes. Il faut donc partir. Dès que vous franchissez le cercle polaire, les probabilités augmentent: Norvège, Islande, Canada, Groenland, Russie et Laponie finlandaise dans notre cas. Comptez 524 heures à pied de Bruxelles pour rejoindre Kittilä. En avion, ça marche aussi: trois heures de vol suffisent. TUI vient à votre secours!

  • À quelle période?

Les aurores boréales ne sont visibles que dans l’obscurité. Pfff… Pas aussi facile qu’on ne le pensait, n’est-ce pas? En effet, car dans le nord, le soleil se couche à peine en été. Pour observer des aurores boréales, si la meilleure période de voyage oscille entre fin septembre et fin mars, statistiquement, vos chances seront les plus grandes de décembre à fin février.

  • Quand aller les voir?

Il existe une appli pour cela. Et des sites web. Ceux-ci vous donnent un indice de puissance des aurores boréales. En Laponie finlandaise, vous pouvez par exemple assister à ce spectacle de lumière à partir de 3 KP. Mais ne vous laissez pas trop influencer par ces chiffres. Vous avez un ciel dégagé et vous voyez beaucoup d’étoiles? Alors, enfilez vos chaussures et sortez. Mais dépêchez-vous, les aurores boréales sont éphémères.

  • Où aller les voir?

Comme l’obscurité est le critère principal, essayez de vous éloigner au maximum des villes et des villages. La pollution lumineuse gâche tout. Veillez à avoir un ciel dégagé; ne vous enfoncez pas dans une forêt. Le reste importe peu. Au sommet d’une montagne, au milieu d’un lac gelé ou sur une chaise pliante sur le toit de votre voiture: à vous de choisir.

  • Comment s’habiller?

Il fait froid en Laponie. Les températures descendent vite jusqu’à moins vingt degrés, sans compter que le vent peut être cinglant. Habillez-vous donc chaudement avant de sortir. Les couches sont vos alliées. Une première couche thermique et respirante, une ou deux couches intermédiaires, puis la couche extérieure, de préférence imperméable. Vous savez, la neige, et tout ça… N’oubliez pas vos gants et votre bonnet, et assurez-vous d’enfiler de bonnes chaussures imperméables. Chez Decathlon, vous trouverez tout ce matériel à des prix très démocratiques. Ah, et prévoyez aussi un thermos de café ou de soupe! Il vous permettra à la fois de reprendre des forces et de vous tenir chaud. De retour à l’hôtel, vous pouvez vous emmitoufler dans vos couvertures comme un durum.

  • Comment les photographier?

Vous n’avez pas forcément besoin de trimballer du matériel hors de prix pour immortaliser ce spectacle aux reflets verts, mais un smartphone ne vous sera d’aucune utilité. Veillez à maîtriser le fonctionnement de votre appareil avant votre départ, afin de ne pas perdre de temps sur place. Les aurores boréales disparaissent aussi vite que l’éclair. Prenez un diaphragme relativement fermé et une vitesse d’obturation plus lente. Un trépied est donc indispensable. Commencez par une vitesse de 30 secondes et réduisez progressivement. Modifiez quelque peu vos réglages afin d’obtenir le meilleur résultat. Une sensibilité de 400 ISO est un bon choix. Attention: vos batteries se videront plus rapidement à cause du froid.

  • Et s’il n’y a pas d’aurores boréales?

Pas de panique, il y a suffisamment de choses à faire et à voir en Laponie finlandaise. Balade en traîneau tiré par des chiens, pistes de ski, cuisine savoureuse, motoneiges, visite au père Noël, observation de rennes, road trip, ski de fond, pêche sur glace… Vous avez l’embarras du choix.

Récits similaires